Nombreux sont les poètes et musiciens à avoir cédé à son charme et sa beauté: la rose enchante aujourd’hui encore avec son parfum et ses fleurs sans pareil. Et son entretien n’est pas si compliqué qu’on le dit.

Considérée comme la «reine des fleurs», la rose est aussi le symbole de l’amour. C’est en outre l’une des plus anciennes plantes cultivées par l’être humain, puisqu’elle peuplait déjà les jardins chinois en l’an 2700 av. J.-C.

Les roses aiment le soleil, mais il ne faut pas non plus qu’elles aient trop chaud: le mieux est de les installer dans un endroit ouvert et bien aéré. Cette fleur noble réalise de véritables prouesses et il est donc important de lui fournir des soins équilibrés. Pour l’engrais, choisir du compost mûr, du fumier bien décomposé ou des copeaux de corne. Il est aussi important d’apporter régulièrement des éléments nutritifs aux roses en pot. Après la première floraison à la fin juin, il est conseillé de tailler tous les rosiers remontants, ceci afin de stimuler la floraison suivante. Les rosiers en buisson, les rosiers à grandes fleurs et les rosiers grimpants seront taillés différemment. En principe, mieux vaut effectuer une éventuelle taille au printemps et non en automne, afin d’éviter les dégâts dus au gel.

Les jardins avec beaucoup d’humus et un sol meuble et profond sont idéals pour les rosiers. Par ailleurs, la reine des fleurs n’est pas très capricieuse.

Protéger le point de greffe

Les rosiers produisent des racines d’un mètre de profondeur environ qui leur permettent de s’alimenter parfaitement. Il est donc important de creuser un trou suffisamment profond au moment de les planter. Il faut par ailleurs veiller à ce que le point de greffe du rosier se trouve environ cinq centimètres sous terre. Cela permettra de bien protéger cette partie sensible. Les nouveaux plants de rosiers doivent être arrosés un jour sur deux. Les rosiers plus anciens n’ont généralement besoin d’eau qu’une fois par semaine. Lorsque la rose commence à fleurir, il faut contrôler si ses pétales extérieurs flétrissent rapidement. Cela se produit en cas de forte chaleur, mais est également un signe fiable que les roses ont besoin de plus d’eau.

Les maladies fongiques entraînent de leur côté un vieillissement prématuré des roses: l’oïdium et le marsonia sont les plus fréquentes. Il faut donc choisir les variétés les plus robustes, au risque de devoir pulvériser du fongicide sur les massifs toutes les deux semaines. Quant aux pucerons, le meilleur moyen de s’en débarrasser est de les enlever à la main ou de pulvériser une solution de savon noir sur les rosiers.

Prendre de la hauteur

Attacher des rosiers grimpants et des rosiers lianes à des arceaux ou des clôtures permet d’avoir des fleurs à hauteur des yeux et offre ainsi de belles perspectives. En fixant les longues pousses à des supports, il est possible d’orienter la croissance des rosiers et d’obtenir une couverture homogène, p. ex. sur un mur de maison. La fixation des tiges à la structure doit être assez lâche: avec le temps, les pousses deviennent plus épaisses et il sera ainsi plus facile de détacher la ficelle si nécessaire.

Des roses partout

Les différentes variétés de roses sont plus ou moins sensibles aux maladies fongiques et autres ravageurs. Les unes s’épanouiront à n’importe quel endroit un tant soit peu convenable, alors que d’autres souffriront de la moindre erreur d’entretien.

Il faudrait veiller, en choisissant ses variétés de rosiers, à ne pas avoir au final un mélange trop hétéroclite dans son jardin.

Pour avoir des roses saines, la clé du succès réside dans le choix de la bonne variété en fonction de l’emplacement. On distingue fondamentalement les variétés de roses suivantes:

Ces rosiers présentent de grandes fleurs fournies et généralement très parfumées qui fleurissent durant tout l’été. Il faut immédiatement couper les roses fanées avec les deux feuilles supérieures afin de stimuler la floraison suivante.

Qu’il s’agisse de rosiers en buisson, de rosiers couvre-sol, de rosiers à grandes fleurs ou de rosiers grimpants, il faut toujours, pour obtenir un rosier tige, greffer une certaine variété de rose à une certaine hauteur sur une tige de rosier sauvage. Les jardiniers des pépinières cultivent tout spécialement ces derniers à cette fin. Ils font de très beaux rosiers en pot.

Ces rosiers produisent des rameaux de deux à six mètres de long avec des fleurs plutôt petites. Ils conviennent parfaitement pour orner des murs, des colonnes, des arceaux ou des clôtures de jardin. Il est cependant recommandé d’attacher les longs sarments à un support.

Les rosiers en buisson se marient très bien avec des arbustes à fleurs dans des haies de protection et des talus. Ils sont particulièrement beaux lorsqu’ils sont plantés en groupes. Les rosiers en buisson font partie des buissons fleuris les plus satisfaisants puisqu’ils présentent souvent une floraison durable.

Cette famille regroupe les variétés de rosiers utilisées pour orner les talus ou plus généralement les sols. Selon la variété, ils forment des tiges rampantes ou suspendues et affichent généralement une croissance ramassée. Leur entretien se limite à un minimum.

© 2023 BAUHAUS Fachcentren AG